Vue par défaut de l'objet. Cliquez pour créer un template personnalisé, ID du Nœud : 3046, ID de l'objet : 3338

Briscous - Beskoitze

Briscous - Beskoitze

Briscous

A Briscous, les “etxe” (maison en basque) des XVII°, XVIII° et XIX° siècles méritent qu’on s’y attarde, certaines étant même mentionnées dans l’Inventaire général du patrimoine culturel. Comme ailleurs au Pays Basque, elles sont considérées comme pilier de la société basque. Ici en Labourd, on trouve les maisons dites labourdines aux pans de bois rouge ou vert. C’est la maison basque la plus représentée. En Basse Navarre, exit les colombages, place à l’utilisation de la pierre pour les encadrements des ouvertures et les coins des murs des maisons. En Soule, l’architecture commence à prendre des accents béarnais, avec sa toiture en ardoise et son aspect massif. Je prends le temps de visiter l’église de Briscous, reconstruite de 1860 à 1864 selon les plans de l'architecte Charles Besoin, avec ses verrières, ses peintures murales et son mobilier. Comme bien des villages basques, on y trouve plusieurs quartiers : l’un d’entre eux est appelé “Les salines” : en effet, l’exploitation du sel fut source de richesse pour Briscous et constitua une activité certaine pendant plusieurs siècles dans la commune. Pour la petite histoire, parmi les personnes célèbres de Briscous, on compte Joanes de Leizarraga, prêtre et savant, né en 1506. Sur l’ordre de Jeanne D’Albret, il eut en charge la traduction en basque du Nouveau Testament.

Non