# HERRIZ
HERRI

Le Patrimoine et les Découvertes avec Peio

En amoureux des pierres, du patrimoine, des découvertes, de l’Histoire, de préhistoire, de géologie, j’aime parcourir les villages du Pays de Hasparren et de La Bastide Clairence, à la recherche de lieux pouvant enrichir mes centres d’intérêt et satisfaire ma curiosité. Je vous livre ici quelques-uns de mes coups de coeur, mais il en existe encore bien d’autres à découvrir ! 

Pierres, maisons, tout ici raconte une histoire, voire même parfois l’Histoire ! Chacun des 11 villages que compte le Pays de Hasparren et de La Bastide Clairence a ses spécificités, alors partons ensemble à leur découverte jusqu'au plus profond des entrailles de la terre .

Peio Votre guide Patrimoine et découvertes
Les grottes Isturitz et Oxocelhaya

Les Grottes Isturitz et Oxocelhaya


Grottes Isturitz et Oxocelhaya

Les Grottes d'Isturitz et Oxocelhaya

A proximité de Hasparren et de La Bastide Clairence en Basse Navarre, la colline de Gaztelu à Saint Martin d'Arbéroue abrite un ensemble de grottes superposées, Isturitz et Oxocelhaya, berceau de notre humanité au sud de l'Europe.

Site majeur de la préhistoire de la chaîne pyrénéo-cantabrique, classé Monument Historique depuis 1953.

Une seule visite pour les 2 grottes...

ISTURITZ

Regard porté sur le chantier de fouille, les recherches archéologiques, l'art pariétal sculpté, et l'histoire de notre humanité depuis 40 000 ans.

Aujourd'hui Isturitz est un site scientifique de référence en Europe et mondialement connu pour sa richesse archéologique.

OXOCELHAYA

15 m plus bas, est une monumentale surprise minérale, riche en colonne, drapés, stalactites, stalagmites...

Surprise géologique mais aussi grotte sanctuaire où l'homme s'est manifesté.

Expérimentez votre imaginaire au milieu des concrétions millénaires. Un passé empreint de rêves et de magie ancrés dans le présent.

www.grottes-isturitz.com

reservation@grottes-isturitz.com

05 59 29 64 72

Ayherre

Ayherre

À Ayherre, l’église, consacrée à Saint Pierre, est d’origine romane et fut agrandie au XIX° siècle. Ses galeries sont classées Monument Historique depuis 2014. Sur la D251 en direction de Isturitz, on peut apercevoir les ruines du château de Belzunce édifié en 1321 par Garcie Arnaud II. Il fut important pour l’histoire médiévale du Pays Basque : ainsi, c’est en ses murs qu’est signé, le 18 mars 1450, le traité de paix rattachant la région du Labourd à la France, mettant ainsi fin à l’influence anglaise dans la région. La famille Belzunce quittera l’édifice au XVII°siècle. Propriété privée, le château ne se visite pas.

Bonloc

Bonloc

À Bonloc, l’église a été construite en 1879 par l’architecte Emile Doyère, en remplacement de l’église du XII° siècle, ancienne commanderie sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle. Un pont dit romain (avec une seule arche) enjambe l’Aran. Autre élément du patrimoine de Bonloc : le sanctuaire dédié à la Vierge Marie. Il s’agit d’une grotte naturelle dans laquelle se trouve une statue de la Vierge.

Briscous

Briscous

A Briscous, les “etxe” (maison en basque) des XVII°, XVIII° et XIX° siècles méritent qu’on s’y attarde, certaines étant même mentionnées dans l’Inventaire général du patrimoine culturel. Comme ailleurs au Pays Basque, elles sont considérées comme pilier de la société basque. Ici en Labourd, on trouve les maisons dites labourdines aux pans de bois rouge ou vert. C’est la maison basque la plus représentée. En Basse Navarre, exit les colombages, place à l’utilisation de la pierre pour les encadrements des ouvertures et les coins des murs des maisons. En Soule, l’architecture commence à prendre des accents béarnais, avec sa toiture en ardoise et son aspect massif. Je prends le temps de visiter l’église de Briscous, reconstruite de 1860 à 1864 selon les plans de l'architecte Charles Besoin, avec ses verrières, ses peintures murales et son mobilier. Comme bien des villages basques, on y trouve plusieurs quartiers : l’un d’entre eux est appelé “Les salines” : en effet, l’exploitation du sel fut source de richesse pour Briscous et constitua une activité certaine pendant plusieurs siècles dans la commune. Pour la petite histoire, parmi les personnes célèbres de Briscous, on compte Joanes de Leizarraga, prêtre et savant, né en 1506. Sur l’ordre de Jeanne D’Albret, il eut en charge la traduction en basque du Nouveau Testament.

Hélette

Hélette

À Hélette, les maisons les plus anciennes datent du XVII°siècle, mais ont été construites principalement au XVIII°siècle. Certaines sont répertoriées par les Monuments Historiques. L’église possède des galeries de bois datant de 1695, et renferme une statue de Saint Jacques le Majeur, rappelant que le village est situé sur une variante du chemin de Saint Jacques de Compostelle. L’ancienne benoiterie est située à la sortie du cimetière. La benoîte était une institution dans les villages : c’était une laïque qui s’occupait de l’entretien de l’église, de la préparation des cérémonies, ... Le cimetière conserve des stèles discoïdales, dont une datée de 1649. Les stèles discoïdales, éléments de l’art funéraire basque, signalent l’emplacement des tombes dans les cimetières. Certaines sont de véritables chefs d’oeuvre, avec parfois des symboles gravés, tels qu’arbres, soleils, oiseaux, végétaux et datent en général des XVI°, XVII° et XVIII° siècle. La base de la stèle discoïdale est un trapèze (symbolisant le monde terrestre), et est surmontée d’un disque (symbolisant le monde céleste). Pour certains, elle symbolise le passage de l’âme du défunt de la terre vers le ciel, pour d’autres la base est le corps d’un homme et le disque sa tête. La chapelle Saint Vincent, du XII°siècle, détruite à plusieurs reprises, fut restaurée en 1933. Une source, dite miraculeuse, coule à proximité, sur les pentes du Baigura et faisait l’objet d'un pèlerinage les 1° septembre. A la Sainte Catherine (novembre) la Foire aux pottok est un moment de rencontres entre négociants et éleveurs.

Hasparren

Hasparren

Arrivé à Hasparren, le clocher de l’église m’attire d’emblée. C’est l’un des édifices les plus spacieux du Pays Basque. A l’intérieur, je retrouve les galeries de bois typiques des églises basques. Les galeries de l’église de Hasparren sont classées Monuments Historiques. Construites au XVII° siècle dans le but d’augmenter la capacité d’accueil des fidèles, elles étaient réservées aux hommes (et le sont encore aujourd’hui dans la majorité des cas). Les femmes quant à elles devaient rester sur le “jarleku” (littéralement l’endroit où l’on s’asseoit = la tombe de la famille), qui se trouvait dans la nef, et accomplir des gestes rituels lors des offices religieux. Et oui, la femme était considérée comme le lien entre les vivants et les morts de la famille.Quant aux verrières et au décor peint sur la voûte de l’abside (réalisé par un élève de Bonnat), ils me laissent sans voix.Sur le mur de l’église donnant sur la place de Verdun se trouve une pierre Romaine, témoignage du peuplement des lieux à l’époque romaine.Je remonte la Rue de l’Ursuia, pour atteindre la Chapelle du Sacré Coeur. Classée aux Monuments Historiques, elle possède un choeur décoré d’une mosaïque représentant le Christ. Les fresques murales représentent quant à elles 48 saints et saintes, basques ou non. L’ensemble, très coloré, rend cette chapelle très chaleureuse.Pour la petite histoire, le poète Francis Jammes se retira à Hasparren dans la maison Eyhartzea en 1920 et fut enterré au cimetière de la ville en 1938. Aujourd’hui sa maison abrite des associations culturelles. Le parc de la maison est accessible.

Isturitz

Isturits

Isturits, comme d’autres villages du territoire, a appartenu au Royaume de Navarre. En atteste la présence du château de Rocafort, dont l’existence remonterait à 1249. Non loin des grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya (classées aux Monuments Historiques), on peut observer sur l’Abarratia les traces d'un site protohistorique avec une triple enceinte à gradins de terre. Ces derniers faisaient office de système défensif pour les habitants du village. Il est inscrit aux Monuments Historiques en 1984. L’église est signalée dans les archives du Royaume de Navarre dès le XIII°siècle, mais l’édifice actuel semble plutôt dater du XVII°siècle. A l’intérieur, au milieu du retable, on peut observer une peinture sur toile représentant Sainte Eulalie. Les couleurs rouge et doré dominent le choeur.

La Bastide Clairence

La Bastide Clairence

À La Bastide Clairence, les Murs vous racontent …. 700 ans d’histoires et d’Histoire. Fondé en 1312 sous le nom de Bastida de Clarenza, le village a gardé de ses origines son tracé d’urbanisme d’origine et ses particularismes architecturaux de bastide, tout en sachant évoluer. Eglise avec son cimetière préau pavé de dalles funéraires, chapelle de Clairence, cimetière juif, trinquet / Jeu de Paume, site du Pont de Port, architecture des maisons labourdines et navarraises, voici quelques-uns des éléments à découvrir à La Bastide Clairence, et qui expliquent l’appartenance du village au réseau des Plus Beaux Villages de France, au réseau Bastides 64 et Bastides d’Aquitaine. Mais je ne vous en dit pas plus … et vous laisse arpenter les rues du village … Pour approfondir votre découverte de l’histoire et du patrimoine du village, suivez le guide ! Les visites guidées sont possibles toute l’année, sur réservation auprès de l'office de tourisme et sous réserve de la disponibilité du guide. Je m’empresse de contacter l'Office de tourisme pour en savoir plus.

Au Pays Basque, pas de village sans son fronton ! Le fronton fait partie du tryptique des villages basques, avec l’église et la mairie.Il faut dire qu’au Pays Basque, la pelote basque est le sport national. Et selon la spécialité (on en compte 22), on a plusieurs aires de jeu :

  • le fronton, qui est en extérieur : vous savez, c’est le mur que vous apercevez dans les villages, et sur lequel claque la pelote lors de parties de pala (raquette en bois), main nue, chistera (avec un gant en osier)
  • le trinquet, qui est une salle fermée
  • le mur à gauche

A La Bastide Clairence, le trinquet/Jeu de Paume date de 1512, ce qui en fait le plus vieux trinquet / Jeu de Paume encore en activité au monde !

 

Macaye

Macaye

À Macaye, entrez dans l’église du XVII°siècle, qui conserve un beau retable baroque, entièrement réalisé en bois doré. Finement travaillé, il est composé de nombreuses sculptures, statues et bas-reliefs.Pour l’anecdote, c’est ici que naquit Jean Anchodorqui, dit “Ganix de Macaye”. Ce contrebandier du XIX°siècle aida, durant les guerres carlistes, les réfugiés politiques poursuivis par les armées espagnoles, dont la fiancée de Don Carlos.

Mendionde

Mendionde

À Mendionde, le château de Garroa est l’un des éléments du patrimoine le plus connu. Il ne se visite pas mais est visible depuis la route et accueille le Festival EHZ. 7 hectares en maraîchage bio sont cultivés sur ses terres par une AMAP. En me promenant dans le village, j’observe sur certaines maisons de très beaux linteaux. Ces éléments de bois ou de pierre, situés au dessus d’une des ouvertures de la maison (porte ou fenêtre), constituent une sorte de carte d’identité de l’etxe. Les linteaux indiquent souvent le nom des maîtres de maison qui firent construire ou reconstruire la maison, et à quelle date. On peut également y voir des dessins symboliques (ceux du métier exercé par le maître de maison ou des symboles comme des rosaces, croix basques ...)  L’église, du XV°siècle et inscrite aux Monuments Historiques depuis 1925, renferme retables, statues, tableaux et lambris de revêtement inventoriés par les Monuments Historiques et datés des XVII° et XVIII°siècle.

Saint Esteben

Saint Esteben

À Saint Esteben, l’église renferme un beau plafond lambrissé et un très riche décor mobilier au niveau du choeur. Sur le bénitier, un buste et une tête sont gravés dans la pierre. Elle est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1999. La croix de chemin, située sur la RD14, placée sur un socle de grès, possède un fût portant une longue inscription en basque et datée de 1683. Le revers a été réutilisé en croix de mission avec inscription et date de 1894. Elle est inscrite aux Monuments Historiques depuis 1999.

Saint Martin d'Arbéroue

Saint Martin d'Arbéroue

À Saint Martin d’Arbéroue, on trouve de très belles maisons basques, dont certaines existaient déjà en 1435. L’église fut remaniée entre 1861 et 1867, et était une annexe du château de Saint Martin, qui était situé juste au dessus.Pour celles et ceux qui voudraient approfondir la découverte, réservez une balade racontée avec un Raconteur de Pays.

Classées Monument Historique, les grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya, situées à Saint Martin d’Arbéroue, nous ramènent des millénaires en arrière, sur les traces de nos ancêtres qui y ont vécu. Le guide qui nous fait visiter les grottes est passionnant. Il nous invite à observer des détails, que nous n’aurions probablement pas vus sans lui : ici, un pilier gravé, ici un drapé, des stalactites ou des stalagmites. L’eau a su faire des merveilles dans cette grotte !

Cette visite est une véritable plongée au coeur de l’Humanité, entre Préhistoire et géologie.

Pour ceux qui veulent approfondir la découverte des Grottes, différentes visites à thèmes sont proposées : “Découverte géologique » – Géologie, karstologie, changement climatique ; Visite conférence « Préhistoire et Art des Grottes” avec Aude Labarge, visite photographique, Visite sonore « Résonances ».

Vous l'aurez compris,
le Pays Basque se vit toute l'année !