Vue par défaut de l'objet. Cliquez pour créer un template personnalisé, ID du Nœud : 2280, ID de l'objet : 2500

Balade avec Alain et son âne bâté

Balade avec Alain et son âne bâté

Balade avec Alain et son âne bâté Canaille

Départ à 9h de l'Office de Tourisme pour une balade de 6 km tous les jeudis en juillet-août, pause casse- croûte avec des produits terroirs.

Alain accompagné de Canaille son âne bâté raconte le Pays Basque : Anecdotes, histoire..

Gratuit - Réservation obligatoire auprès de l'Office de Tourisme.

Cours d’histoire original/

Les randonneurs démarrent à 9 heures sur un tempo de marche dicté par l’âne, un rythme qui convient aux grands comme aux petits. L’équidé est porteur d’eau, d’affaires diverses ou d’enfants fatigués qui se relaient sur son dos. La première halte se situe à hauteur de la Chapelle du Sacré-Cœur. Ici, le guide donne des informations sur ce site classé monument historique, riche en histoire locale, avec la fondation des missionnaires diocésains et leur influence sur la région.

Plus haut, l’Hospice construit grâce à la dotation de Bernard Broussain, riche tanneur Hazpandar ayant fait fortune en Argentine, puis, Lukugaina, un lieu sacré du temps des Romains, proche d’un autre lieu sacré, la fontaine Saint Jean. Sur la route du quartier Sohano, le panorama s’étend vers la Basse Navarre, ce qui donne l’occasion au conteur de parler des provinces basques et du royaume navarrais.

Un point sur l’architecture

En avançant sur le chemin on remarque un ancien moulin où l’on fabriquait des pains de glace et qui fut la première centrale électrique de la commune. Le petit hameau de Sohano permet à Alain de parler de l’architecture des maisons du Pays basque invariablement orientées à l’est. Le mont Ursuia fait face à ce quartier, le narrateur parle des enceintes protohistoriques et du chemin de Napoléon. Le fronton de Zelai, sur lequel flotte l’ikuriña, permet de parler de son créateur, Sabino Arana Goiri et du bataillon Gernika qui participa à la libération de la France.

Un temps de pause pour le repas offert par l’UCA, à la boulangerie Barnetche, et c’est le retour, avec une dernière halte sur les pentes du Calvaire, à la sortie du bois surplombant la ville d’Hasparren. D’ici, on peut évoquer le passé industriel de la cité, rappeler les personnages qui ont donné leurs noms aux rues de la ville et parler des nombreux établissements scolaires d’ Hasparren.

Non